NOUVELLES

Charles Planet, l’échappée belle
3 mai 2021 - Équipe
Charles Planet, l’échappée belle

Lors de la dernière édition de Milan-San Remo, Charles Planet, coureur de l’équipe Novo Nordisk, a fait partie de l’échappée principale pendant plus de 250 kilomètres – ce qui signifie qu’un coureur diabétique se trouvait dans l’échappée de la plus longue des classiques du monde. Il était accompagné de son coéquipier Andrea Peron et de six autres coureurs. Une performance incroyable qui a porté son équipe sous les projecteurs et qui nourrit ainsi une belle histoire.

Comment s’organise une échappée ? Quand sait-on que c’est le bon moment ?

Participer à une échappée était l’objectif de l’équipe, nous voulions que l’un d’entre nous en fasse partie. Ça nous donne une bonne visibilité ainsi qu’à notre message, qui est d’inspirer, d’éduquer et de mettre en valeur les personnes diabétiques. J’ai acquis une certaine expérience des échappées au cours des dernières années. Sur Milan-San Remo, il y a toujours beaucoup d’attaques dès le début de la course, donc nous nous y attendions. Avec Andrea nous avons senti le bon moment et devancé tout le monde pour nous placer dans la bonne échappée.

Plus de 250 km d’échappée, c’est beaucoup. C’était difficile ?

Milan-San Remo est une longue journée en selle et même si nous roulons à un rythme très élevé pendant l’échappée, nous tâchons de ne pas dépasser la zone rouge. C’est une course au parcours presque plat, du coup, le plus dur c’est de maintenir une pression constante sur les pédales sans interruption. À la fin, il faut vider son réservoir petit à petit jusqu’à la ligne d’arrivée.

Comment vous entraînez-vous pour ce type de performance ?

Cette année, à cause de COVID-19, notre saison a commencé un peu plus tard que d’habitude, j’avais donc peu de courses dans les jambes et c’était très difficile d’être prêt pour Milan-San Remo. Cette échappée m’a certainement aidé à franchir une étape importante en vue des courses à venir.

Combien de kilomètres avez-vous parcourus avant San Remo ?

Avant Milan-San Remo, j’avais 6 800 km d’entraînement dans les jambes depuis le début de l’année.

Comment gérez-vous votre alimentation pendant la course ? Combien de calories avez-vous brûlé ?

L’apport nutritionnel commence dès le début de la course, une fois l’échappée amorcée. C’est une course très longue, il est donc important de s’alimenter très souvent. Ça commence par des aliments solides comme des gâteaux de riz ou des barres énergétiques ; vers la fin de la course, quand le rythme augmente et que la fatigue s’accumule, j’absorbe généralement des gels et des boissons de notre fournisseur Maurten. Pour vous donner une idée, de Milan à San Remo, j’ai brûlé 7 938 calories.

Combien de bidons avez-vous bu ? Elles contenaient uniquement de l’eau ou également des compléments alimentaires ?

J’ai bu environ 10 bidons, certaines contenant des boissons Maurten et d’autres de l’eau.

Combien de watts avez-vous fourni en moyenne au cours de l’échappée ?

J’ai fait 288 watts en moyenne et 312 watts normalisés pour un temps de 5h50 et 260 km d’échappée.

Combien de temps faut-il pour récupérer d’un tel effort ?

En tant que professionnels, nous sommes habitués à ce genre d’efforts très intenses. Cette année, le rythme est vraiment très soutenu, et j’avais peu de courses dans les jambes, j’ai donc ressenti la fatigue plus que d’habitude. Il m’a fallu quelques jours pour récupérer complètement.