NOUVELLES

Performances en indoor et à l’extérieur
22 octobre 2016 - Formation
Performances en indoor et à l’extérieur

Souvent, les cyclistes sont déçus par la différence entre le rapport valeurs de puissance / rythme cardiaque produit lorsqu’ils courent en indoor et lorsqu’ils courent sur la route. On pourrait prendre comme exemple un très bon coureur cycliste… âgé de 45 ans, qui a couru pendant les 6 dernières années. Les valeurs obtenues suite à un test du ftp à l’extérieur sont meilleures de 20 minutes par rapport à celles enregistrées sur un vélo d’entraînement, à l’intérieur.  Le rythme cardiaque est identique.  Nous avons essayé toutes sortes de choses pour améliorer son FTP sur le vélo d’entraînement (pour qu’il soit comparable à celui obtenu à l’extérieur), entre autres des ventilateurs, de la musique ou bien nous avons placé le vélo d’entraînement à l’extérieur … mais il y a toujours une différence.

Voici les valeurs du dernier test: sur un vélo d’intérieur, une puissance de 258W et un rythme cardiaque moyen de 174.  Comme le coureur était déçu de ces valeurs,  10 minutes plus tard il est allé pédaler sur la route  et a atteint une puissance de 278W avec un rythme cardiaque de175.

Beaucoup de coureurs ont eu le même problème, mais d’autres ont eu exactement le problème inverse , à savoir de meilleures valeurs à l’extérieur plutôt qu’à l’intérieur. C’est un mystère. Il y a une ou deux choses qui pourraient l’expliquer, mais elles ne sont pas très convaincantes, il faut l’admettre. L’une de ces explications est liée au fait que, lorsque l’on court sur la route, il y a de brefs moments de “récupération” dus à de petites montées, des virages er des changements de direction du vent. Or, ces changements n’existent pas quand on pédale à l’intérieur , où la puissance est généralement plus stable. Selon certaines études, ces  “mini-récupérations” permettent au coureur de forcer davantage, globalement.

L’autre explication est liée au fait que lorsque l’on court à l’extérieur, le vélo s’incline légèrement d’un côté à l’autre, tandis que le corps reste relativement stable. Sur le vélo d’entraînement, c’est exactement l’inverse: le vélo est bloqué sur place, donc le corps du coureur se déplace doucement d’un côté à l’autre lorsqu’iI pédale. Ceci requiert une technique quelque peu différente et un recrutement musculaire, ce qui peut faire augmenter “artificiellement” le rythme cardiaque et l’effort .

L’une de ces explications pourrait-elle justifier un écart de 7%? Probablement pas.  L’ association de plusieurs de ces facteurs pourrait-elle avoir cet effet? Peut-être. En conclusion, je ne sais vraiment pas.