NOUVELLES

La Maître du Triathlon
14 février 2016 - Les entretiens
La Maître du Triathlon

Je m’appelle  Francisco Miranda et j’ai 57 ans,
Triathlète IRONMAN.

J’ai participé à 15 courses IRONMAN; la première était à Hawaii, en 1991, et la dernière s’est déroulée à Lake Placid, en 2015, et je suis monté sur le podium, à la 5ème place. Ma prochaine course sera le Championnat d’Europe  IRONMAN 2016 , à Francfort, en Allemagne.

L’IRONMAN est ma passion et cette passion me pousse à continuer à m’entraîner et à améliorer mes performances chaque année. Même si j’ai 25 ans de plus que l’âge auquel j’ai commencé ma carrière dans ce sport, je continue à améliorer mes temps et mes performances.
J’ai transmis cette passion à ma famille. L’année dernière, trois de mes enfants (Francisco, Claudia et Anita) ont concouru dans l’Ironman Panama City Florida ; ils ont participé à plus de 20 courses IRONMAN.

La dernière course à laquelle j’ai participé c’était le 10 janvier 2016, l’IRONMAN 70.3 à Pucón, Chili, que les spécialistes de ce sport appellent “la plus belle course du monde, ”non seulement à cause des magnifiques lacs, volcans et paysages que l’on peut admirer, mais aussi parce que c’est une véritable épreuve pour le corps et l’esprit. La topographie, le vent et les conditions climatiques la rendent extrêmement difficile. Cette année, j’ai très bien couru. Je suis arrivé premier (M55-59) et c’est avant tout grâce à mon Colnago K.Zero. J’ai atteint presque 36 K/h, 245 watts, et j’ai eu de loin le meilleur temps de l’épreuve de vélo pour ma catégorie d’âge (top 5% du classement général) , en battant des professionnels (hommes et femmes), et beaucoup de plus jeunes coureurs. C’était une grande revanche par rapport à la course de l’année précédente, où j’avais eu un grave accident et je n’avais pas pu terminer la course. Je m’étais blessé et mon vélo était cassé. Après la course, j’avais besoin d’un nouveau vélo,  et j’avais rêvé pendant des années d’avoir un Colnago TT, non seulement à cause de la technologie extraordinaire et des performances de ces vélos, mais aussi à cause de la tradition et de l’esprit qui animent cette grande marque, deux choses qui m’inspirent à chaque course. Après l’accident, mes enfants m’ont offert ce chef d’œuvre de technologie et d’esthétique: le Colnago K.Zero. Ce vélo m’a aidé à améliorer mes performances, il est très confortable et il s’adapte très bien à tout type de course, de conditions et de topographie : il est parfait pour courir quand il y a du vent ou des vents de travers, dans les montées et dans les descentes, etc.

Je recommande de tout cœur le Colnago K-Zero à tous les triathlètes et aux coureurs du conte- la- montre, à la fois sur longue et courte distance.  Sur ce vélo, vous vous apercevez que la puissance est transmise de manière efficace à chaque coup de pédale. Mon K.Zero devient presqu’une extension de mes jambes et de mon corps.

Mon entraînement hebdomadaire comprend, plus ou moins: